Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA, le 1er décembre

Rechercher une journée

Sainte Florence

Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA

4  contributions
Journée Mondiale de la lutte contre le SIDA

"Notre stratégie pour l’avenir doit être de donner aux femmes les moyens d’agir dans ce combat. Les véritables héros de cette guerre, c’est parmi elles qu’il faut les chercher, et il nous appartient de leur fournir l’arme de l’espoir."

Extrait du message de M. Kofi Annan, Secrétaire général de l'ONU

En 1988, l’Assemblée générale avait exprimé sa vive préoccupation devant la pandémie de sida. Notant que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) avait choisi la date du 1er décembre 1988 comme Journée mondiale du sida, l’Assemblée a souligné l’importance de cette manifestation (résolution 43/15). Aujourd’hui, plus de 36 millions de personnes sont séropositives et sidéennes. La journée mondiale de lutte contre le SIDA n'est pas la seule occasion de revenir sur ce dossier brûlant, mais en insistant sur le fait que nous devons être tous ensemble contre le SIDA, elle a toute sa place dans le calendrier des journées internationales.

La mobilisation doit rester entière

En 2019, la journée a pour thème "Les communautés font la différence". Les organisations communautaires apportent en effet une contribution inestimable dans l'organisation de la riposte contre le sida. Les communautés de personnes vivant avec le VIH, les populations clés (gays, toxicomanes, travailleur(se)s du sexe, personnes incarcérées et/ou transgenres, ...) ainsi que celles qui gèrent et soutiennent l’apport de services liés au VIH, défendent les droits humains et aident les membres de leur communauté. Ces organisations communautaires forment le terreau d’une riposte efficace au sida, ainsi qu’un pilier important d’assistance.

De son coté, l'église catholique s’investit depuis de nombreuses années auprès des personnes atteintes par cette maladie.
"J’avais soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger, et vous m’avez accueilli ; j’étais malade, et vous m’avez visité". En cette 31ème journée mondiale de lutte contre le sida, l’évangile selon saint Matthieu prend une résonance toute particulière. Mais de quelle réalité parle-t-on ? Près de trois séropositifs sur cinq dans le monde (21,7 millions sur 36,9 millions au total) prennent désormais des traitements antirétroviraux, soit la plus haute proportion jamais atteinte, d’après le dernier rapport de de l’Onusida.

Combler l'écart

En 2017, 940.000 personnes dans le monde sont mortes de maladies liées au sida. À titre de comparaison, au pic de l’épidémie en 2005, 1,9 million de décès dans le monde étaient liés au sida. Continuons la lutte.

Contributions

Annlwnd contribution publiée le 17 septembre 2017 à 09:51

Le sida n'est pas une fatalité mais simplement une maladie avec laquelle nous devons vivre,contre le sida nous n'avons pas le choix il faut nous battre !

Un site à visiter :

JurisConsul contribution publiée le 20 février 2015 à 17:00

Un phénomène prend de l'ampleur: la contamination volontaire d'autrui par le virus de l'infection à VIH/Sida et l'insuffisance de notre arsenal juridique pour poursuivre, condamner et réprimer de tels actes criminels.

ZAIROIS contribution publiée le 01 décembre 2014 à 04:26

Dans de nombreux pays d'Afrique les personnes vivant avec le sida meurent par manque de soin. Pourquoi ne pas donner le soin gratuitement comme cela se fait en Afrique du sud ?

Philo contribution publiée le 30 novembre 2014 à 22:09

A l'état actuel de la lutte contre le vih/sida un fait choquant et inadmissible aujourd'hui -parce que évitable- est la contagion d'un grand nombre d'enfants par leur mère. Pourquoi ne pas faire de cette pandémie une maladie à déclaration obligatoire ?

Un site à visiter :

Apporter une contribution

Vous pouvez compléter le texte en proposant une information complémentaire intéressant la communauté des internautes. Elle pourra -après validation par journee-mondiale.com- être affichée dans le site pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Les contributions répondent à des règles précises. Il ne s'agit pas d'un espace pour donner votre avis ou pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service. Dans ce cas, votre contribution serait systématiquement refusée et vous ne recevriez aucune réponse. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement sur notre mur Facebook.

Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.