Journée des enfants des rues, le 26 novembre

Rechercher une journée

Sainte Delphine

Journée des enfants des rues

3  contributions
Journée des enfants des rues

Pour célébrer le 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant (signée en 1989 !), l'UNESCO a organisé en 2009, la journée des enfants des rues. La date est restée dans le calendrier.

International day for street children

Il semblerait même qu'il y ait plusieurs dates consacrées, dont une en avril, mais celle du 26 novembre semble être reconnue par le plus grand nombre d'organisations.

De nombreuses associations luttent en faveur des enfants des rues, que ce soit en Europe, en A frique, en Amérique Latine ou en Asie, qu'elles soient ou non confessionnelles. Leur action de terrain permet de réaliser un véritable travail de fourmi en faveur des enfants, de leur éducation, de leur sécurité, allant parfois jusqu'à une véritable reniassance des liens sociaux et familiaux.

Des espaces sûrs pour les enfants des rues

En 2018, le SCC (consortium pour les enfants des rues) avait lancé une campagne intitulée "4 étapes vers l'égalité", un appel aux gouvernements du monde entier à prendre quatre mesures pour réaliser l'égalité pour les enfants des rues.

Elles sont basées sur l'Observation générale des Nations Unies :

  • S'engager pour l'égalité
  • Protégez chaque enfant
  • Fournir l'accès aux services
  • Créer des solutions spécialisées

En 2020, c'est le deuxième point qui est mis en avant. A nous d'agir...

Contributions

Berlherm contribution publiée le 27 novembre 2017 à 09:28

"Mendicité des enfants
Le texte qui suit pourrait être utilisé pour n’importe quel acte de maltraitance envers les enfants. Envoyer un enfant mendier dans la rue est un acte de maltraitance. Le laisser mendier est un acte de maltraitance. Le regarder sans agir ou lui glisser une pièce pour se donner bonne conscience est de la complicité. Les Nations et leurs dirigeants qui laissent mendier leurs enfants, n’importe quels enfants, d’où qu’ils viennent, sont complices, et donc sont criminels.
Procréer, c’est-à-dire fabriquer un enfant, c’est l’inviter sur Terre, est-ce pour en faire un mendiant ? Est-ce ainsi que l’on accueille un hôte que l’on a désiré ? Est-ce ainsi que l’on traite cet invité qui n’a pas d’autre moyen de quitter notre planète que de mourir ?..."

Un site à visiter : societeshumaines.blogspot.fr

BWIF contribution publiée le 15 novembre 2014 à 09:06

Le comble chez-nous, c'est qu'on devrait bientôt parler d'adultes des rues... certains enfants qui ont passé le meilleur de leur existence sans abri sont aujourd'hui devenus des adultes des rues. Rien d'étonnant qu'ils deviennent une menace pour tous, voire pour eux-mêmes.

Nations-unies, mais unies pour qui ou pour quoi ? La fraternité universelle, c'est donc çela ? Une absence totale de cœur chez ceux-là même qui appellent à un seul monde pour tous. [...] Agissons, s'il vous plait, pour réduire le nombre des enfants des rues. A chacun de jouer sa partie, on peut encore le faire !

Un site à visiter : fideleblog.canalblog.com

Niyongas contribution publiée le 16 novembre 2012 à 13:12

Cette journée est plus que nécessaire dans les pays en situation post-conflit où le phénomène des enfants de la rue prend des proportions inquiétantes. Une journée de réflexion sur "comment sauver ces adultes en puissances ?" est indispensable.

Réfléchir sur la vie des enfant de la rue revient à réfléchir sur l'avenir du pays. Ne pas le faire serait un "raté" de plus pour le développement.

Un site à visiter :

Apporter une contribution

Vous pouvez compléter le texte en proposant une information complémentaire intéressant la communauté des internautes. Elle pourra -après validation par journee-mondiale.com- être affichée dans le site pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Les contributions répondent à des règles précises. Il ne s'agit pas d'un espace pour donner votre avis ou pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service. Dans ce cas, votre contribution serait systématiquement refusée et vous ne recevriez aucune réponse. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement sur notre mur Facebook.

Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.