Journée Mondiale des océans, le 8 juin

Rechercher une journée

Saint Médard

Journée Mondiale des océans

3  contributions
Journée Mondiale des océans

La Journée des océans, célébrée le 8 juin, vise à nous rappeler le rôle des océans comme source de vie partout dans le monde. Il s’agit d’une célébration internationale proclamée il y a dix ans à l’occasion du Sommet de la Terre et des Nations Unies tenu à Rio de Janeiro.

Après des débuts timides, cet événement a aujourd’hui une grande ampleur dans le domaine de la sensibilisation à la santé des océans et celui d’une meilleure gestion de l'Océan et de ses ressources.

Un évènement international

Simultanément sur les 5 continents, les Aquariums, Centres de Sciences, Musées, Associations et Institutions d'éducation à l'environnement marin du RESEAU OCEAN MONDIAL proposent à leur public des festivités pleines d'animations ludiques et d'actions concrètes, les petits et grands. Ateliers artistiques et pédagogiques, conférences, nettoyage de plages/de ports, films, contes et concours sont organisés simultanément sur l'ensemble de la semaine ou du week-end autour du 8 juin. Des opérations sont prévues sur les cinq continents, aussi bien en France qu'en Mauritanie, Italie, Etats-Unis Australie ou Danemark.

Ce que nous faisons au sein de notre communauté peut avoir des effets positifs ou négatifs sur nos océans. L’eau passe de nos océans à l’atmosphère puis aux terres avant de retourner dans les océans. Les ressources en eau sont limitées et nous ne disposons que des quantités existantes sur Terre. La protection de nos océans commence par celle de nos bassins hydrographiques, et nous comptons sur vous pour l’assurer !

Quatre objectifs principaux

  • L'adoption d'une nouvelle perspective en encourageant les individus à réfléchir à ce que l'eau signifie pour eux et aux raisons de lui attacher une grande valeur;
  • La sensibilisation un grand nombre de gens ne réalisent pas la profusion de créatures vivantes et d'habitats dont la beauté n'a d'égale que la diversité, que renferment nos rivières et nos océans, ni l'impact de nos actions sur ces ressources;
  • Le changement de nos habitudes les citoyens doivent être encouragés à devenir les gardiens de nos eaux afin de les préserver pour les générations futures;
  • La célébration que vous habitiez à l'intérieur des terres ou sur la côte, vous pouvez organiser des événements sur le thème de l'eau ou y participer.

Les océans en quelques chiffres

Plus de 90% des 10 espèces de poissons les plus pêchés sont en voie de disparition et près de 50% des autres espèces commerciales sont menacées par l'industrie de la pêche, par ailleurs 80% de la pollution des océans provient des terres.

Par ailleurs, une pétition a été mise en place conjointement avec THE OCEAN PROJECT pour faire du 8 juin la Journée Mondiale de l'Océan officiellement reconnue par l'ONU. Proposée au Sommet de la Terre de Rio en 1992 par le Canada, la Journée Mondiale de l'Océan a, jusqu'à présent, était peu suivie. Or l'Océan recouvre plus des deux tiers de la Terre. Il joue un rôle essentiel dans la régulation des climats, la qualité de l'air et de l'eau.

Contributions

Rey contribution publiée le 04 août 2020 à 18:10

Le devenir de la vie dans les océans mobilise et c'est tant mieux: Surfrider foundation, Greenpeace, Bloom, ou encore Seesheaperd au niveau des ONG. Mais avec quel résultats ? Des actions communes ou concertées pour la protection des océans ne seraient-elles pas à envisager ?

L'an dernier, le député morbihannais Jimmy Pahun, a proposé de faire des océans un bien commun de l'humanité en les plaçantr sous le contrôle de l'ONU.

On peut s'interroger sur la réalité de la connexion entre, d'une part, le combat des "bonnes volontés de base", militantes ou écocitoyennes, et d'autre part, le combat des élus pour des décisions d'envergure, effectives et efficaces. Le décalage entre mobilisations, effets d'annonce, décisions, actions et résultats, est en tout cas suffisamment courant pour qu'un Nicolas Hulot par exemple, alors Ministre de l'Ecologie, se soit reconnu démuni pour agir efficacement sur la plupart des dossiers dont il avait la charge. Et quelqu'un comme Greta Thunberg ne le démentira pas.

Autre proposition: qu'une initiative comme la Convention citoyenne sur le climat soit reconduite de façon thématique et spécifique aux océans, afin de nourrir l'action de nos élus, relayer la parole des ONG et marquer les plus grandes avancées possibles.

Lutte contre la surpêche, nettoyage des océans (pollution plastique etc) mais aussi protection de certaines zones spécifiques identifiées comme sensibles face aux intérêts prédateurs ou aux irresponsabilités manifestes, il y a urgence.

L'objectif de Greenpeace énoncé à Paris le 8 juin 2019 était le suivant: un pourcentage de zones protégées à étendre "à 30%" dans une "nouvelle loi" en préparation. Qu'en est-il aujourd'hui de ce projet ?

Il nous faudrait vraiment une politique plus résolue et offensive pour la sauvegarde des océans. Elle devrait aussi être menée en lien avec l'Union Européenne, des collectivités locales, des régions, des départements. Comme avec des municipalités écolos nouvellement élues, à Marseille par exemple, en première ligne pour défendre la Méditerranée.

Il est heureux que cette Journée mondiale existe. Pour sensibiliser les moins avertis, renforcer la conscience militante et, espérons-le aussi, encourager nos élus à agir pour enrayer la catastrophe en cours et préserver ainsi la vie d'un maximum d'espèces marines sur le plus long terme.

Un site à visiter : bit.ly

La butte contribution publiée le 10 juin 2020 à 17:14

L'océan nous nourrit, mais n'est-il pas nourri -en partie- par les estuaires qui, hélas, ont subi le comblement de leurs lieux d'accueil et de reproduction des poissons de mer ?

Les vasières et bras d'estuaires ont été comblés par les Ports pour augmenter la vitesse du courant dans le chenal et ainsi faire de l'auto-dragage pour éviter d'utiliser les dragues, mais au détriment de l'écosystème des estuaires et des ressources halieutiques maritimes.

Une véritable "conciliation" doit être réalisée entre la navigation et l'écosystème des estuaires.

Ne devons-nous pas demander que la guerre économique qui oblige les entreprises, pour être compétitives, à exclure les gens du travail, à négliger l'environnement et, par son productivisme, oblige à abuser des ressources des pays pauvres, soit remplacée par la coopération entre les entreprises et les pays pour sauver notre Terre et son humanité ?

Un site à visiter :

TerrEthique contribution publiée le 08 juin 2012 à 10:08

Bonjour à tous,

à l'occasion de cette journée, voici une interview de Gilles Boeuf, spécialiste de la biodiversité marine et Président du Muséum National d’Histoire Naturelle, réalisée par nos soins. Gilles Boeuf y présente de façon claire et pédagogique les grands enjeux liés à la préservation des ressources marines.

> Lire l'interview de Gilles Boeuf sur Terrethique.org

L'équipe de TerrEthique,
Espace de compréhension Partagée (www.terrethique.org)

Un site à visiter : www.youtube.com

Apporter une contribution

Vous pouvez compléter le texte en proposant une information complémentaire intéressant la communauté des internautes. Elle pourra -après validation par journee-mondiale.com- être affichée dans le site pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Les contributions répondent à des règles précises. Il ne s'agit pas d'un espace pour donner votre avis ou pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service. Dans ce cas, votre contribution serait systématiquement refusée et vous ne recevriez aucune réponse. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement sur notre mur Facebook.



Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.