Rechercher une journée

Saint Hervé

Journée Mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse

1 contribution
Journée Mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse

Le 17 juin 1992, l’ONU a adopté la convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (UNCCD). Cette journée a pour but de nous rappeler les dangers de la désertification et de la sécheresse dans le monde.

Tout d’abord, il est important de souligner que les déserts ne sont pas uniquement des lieux où l’on trouve des dunes de sables et des nomades les parcourant (et Tintin aussi ! Mais là c’est une autre histoire). Ainsi l'Antarctique, ou le grand Nord, sont des espaces désertiques, parce que l'eau y est prise en glace. Deuxièmement, l’homme n’est pas responsable, a l’origine, des déserts mais aujourd’hui il y contribue.

Selon les critères de l’UNCCD, la désertification est la dégradation des sols dans les zones arides et semi-arides. Quand les sols sont fragilisés, le couvert végétal s'amenuis et le climat impitoyable fait le reste.

Cela représente 4 milliards d’hectares de terres émergées (soit 1/3 de la surface du globe) ou encore 1/5ème de la population mondiale. Chaque année, ce sont des milliers d'hectares de sols fertiles qui disparaissent. 30% du territoire des États-Unis est affecté par la désertification. Le nombre de personnes touchées directement par le problème est en forte croissance et on estime que 280 000 personnes sont mortes des suites de la sécheresse entre 1990 et 2000.

Quels impacts ?

Les impacts les plus visibles se situent au niveau de l’environnement, car la désertification rend les terrains inondables, ce qui entraîne une salinisation des sols, et donc une détérioration de la qualité de l’eau.

En second lieu, l’impact est aussi économique. En effet, au niveau planétaire le manque à gagner s’élève, selon la banque mondiale, à 42 milliards de dollars pour les régions touchées par la désertification (paradoxalement, le coût annuel de la lutte contre la désertification est seulement de 2.4 milliards)

Enfin, la dégradation des sols entraîne la pauvreté et la migration de masse à cause des famines qu’elle génère. (environ 60 millions de personnes partiront des zones désertifiées de l’Afrique sub-saharienne pour le Maghreb et l’Europe entre 1997 et 2020).

Des pistes de solutions ?

En la matière, la pânacée n'existe pas mais des solutions locales peuvent -et doivent- être mises en oeuvre rapidement pour faire bouger les choses. Parmi elles, et pas forcément très coûteuses, nous pouvons relever la régénération des sols et sa fertilisation grâce au compost et sa matière organique. Le reboisement est aussi une solution car les arbres permettent de fixer les sols, renforcer la fertilité et absorber l’eau lors des fortes précipitations. La technique ancestrale de la jachère constitue aussi une alternative intéressante...

Contributions

Dany contribution publiée le 07 juin 2013 à 07:01

L'exemple sur l'Amérique latine est édifiant : le plus gros problème de désertification est lié à la déforestation induisant le changement climatique local. Au Brésil et dans les pays limitrophes, des surfaces immenses (de la taille d'un pays européen), sont défrichées et lors de l'hivers austral, ces terres sont quasi à nu, exposées à l'érosion.

La canne à sucre et autre soja OGM destiné à alimenter le bétail nord-américain et européen pousse à grand renfort de pesticides occupant presque toute la place. La forêt équatoriale est encore visible mais diminue à vue d'oeil. Survolant ce pays tous les 3 ans, le constat est flagrant.

Quant à l'altiplano andin, il est par nature désertique mais les glaciers (alimentant les rivières et apportant l'eau potable aux habitants) disparaissent eux aussi. La cupidité est la principale raison de cette catastrophe.

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.


Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.