Rechercher une journée

Sainte Judith

Journée Mondiale de la Sage-Femme

3 contributions
Journée Mondiale de la Sage-Femme

Depuis plus de 15 ans, le 5 mai est dédié a l'un des plus beaux métiers du monde: il s'agit de la Journée Mondiale de la Sage-Femme. Cette profession comporte de multiples facettes et est encore trop méconnue du grand public. Cette journée est l'occasion de découvrir ce métier de "donneuse de vie", rendre hommage aux femmes (et aux hommes !) qui le pratiquent et montrer leur importance au sein de la société.

Le métier de Sage-Femme

L'ANSFL (Association Nationale des Sages-Femmes Libérales) profite de cette journée particulière pour renseigner le grand public sur la richesse de ce métier, les compétences nécessaires et la diversité dans leur activité quotidienne: reconnue profession médicale, la formation nécessite 5 années d'études dont un an de médecine. La sage-femme surveille la grossesse, en suit l'évolution et gère l'accouchement. Ce métier autrefois réservé aux femmes est maintenant mixte, bien qu'à peine 300 hommes l'exercent.

La maïeutique

Chez les grecs, ce terme désignait l'acte d'accoucher. Aujourd'hui, il est surtout employé chez nous par les philosophes et est devenu l'art d'accoucher les esprits. Arriver à faire énoncer par son élève lui-même le résultat auquel on souhaitait arriver. Tout un art !

Contributions

La sage femme inconnue... contribution publiée le 05 mai 2015 à 12:07

En te que sage femme et donc grande inconnue du public, voici un petit rappel sur les compétence des sages femmes qui exercent comme évoqué plus haut une profession médicale qui se veut donc autonome.

Une sage femme est LE professionnel de la santé de la femme en tant que premier recours. Cela veut dire qu'elle réalise :

  • le diagnostic et la déclaration de la grossesse
  • le suivi de la grossesse
  • la préparation à la naissance et à la parentalité
  • le diagnostic et le suivi du travail
  • l'accouchement
  • la surveillance de la mère et de l'enfant en post-partum (examens cliniques et complémentaires)
  • la visite post-natale
  • la rééducation périnéale
  • la prescription des médicaments, vaccins et examens nécessaires à son exercice
  • le suivi gynécologique de prévention avec prescription de l'ensemble des contraceptifs
  • la pose et le retrait des DIU et implants
  • des consultaion de planification familiale, de conseil conjugal et familial
  • les échographies obstétricales et gynécologiques lorsqu'elle est titulaire d'un DU
  • le diagnostic et le suivi des pathologies de la grossesse en lien seulement dans ce cas avec le médecin

A cela, nous pouvons rajouter des compétences en hypnose, accupuncture, tabaccologie, etc... en fonction des formations complémentaires de chacunes.

Enfin, dès que les décrets seront parus, une sage femme sera également habilitée à réaliser des IVG par voie médicamenteuse.

J'espère que cette contribution permettra au public de mieux situer la sage femme dans notre système de soins.

JD contribution publiée le 29 février 2012 à 15:06

Le rapport annuel de la Cour de Comptes 2012 est accablant pour la politique de périnatalité en France. La mortalité infantile stagne avec 3,8 décès pour 1000 naissances, alors qu'elle poursuit sa baisse dans d'autres pays européens depuis 2005. Concernant les décès maternels, sur la période 2000 - 2006, 46 % des cas ont été considérés comme "évitables " (environ 70 décès par an ). Les déterminants sont encore à expliquer...

Waha International contribution publiée le 05 mai 2011 à 11:56

Dans certains pays, une femme qui survit à l’accouchement est une miraculée. Dans d’autres, l’idée même qu’une femme puisse mourir en donnant naissance est impensable.

Le taux de mortalité maternelle mondial nous rappelle que mourir pendant l’accouchement est toujours un fléau qui touche des centaines de milliers de femmes. 340 000 par an, précisément. La principale cause ? Un manque d’accès aux soins de santé qualifié, c'est-à-dire à des centres de santé techniquement équipés, dont le personnel médical est formé à la prise en charge des urgences obstétriques.

Le 5 Mai, journée internationale des Sages-femmes, nous rappelle l’importance de leur rôle pour l’amélioration de la santé maternelle dans le monde entier. Dans les pays en voie de développement, elles ne sont parfois que quelques unes par village, là où elles devraient être le triple. Elles sont souvent confrontées à un manque de matériel médical pour mener à bien leur travail. Bien que leur présence soit essentielle, il n’y en a pas assez. Trop de femmes accouchent sans assistance. Cette journée met en lumière ces travailleurs de l’ombre ainsi que leur rôle crucial dans la réduction de la mortalité maternelle.

WAHA International est une ONG basée à Paris, qui œuvre dans 18 pays d’Afrique et d’Asie pour la réduction de la mortalité maternelle et des complications liées à l’accouchement. Parmi ses collaborateurs et partenaires, elle compte des associations de sages-femmes et des sages-femmes elles-mêmes. Outre la sensibilisation auprès des populations locales, elles jouent un rôle important dans la prévention des complications liées à l’accouchement et dans leur prise en charge médicale. Aujourd’hui est leur jour, célébrons et remercions les pour leur fantastique travail qui est de donner la vie !

Un site à visiter : www.waha-international.org

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.


Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.