Rechercher une journée

Saint Philémon

Journée mondiale du bonheur

3 contributions
Journée mondiale du bonheur

Prenez un jour "normal", sans guerre, sans catastrophe, sans aucun viol, sans fermeture d'usine, sans expulsion... ç'est bon, vous l'avez trouvé ? il ne vous reste plus qu'à créer la journée internationale du bonheur.

Présenté comme cela, c'est presque drôle. Ce qui l'est moins, c'est que cette journée existe bel et bien et qu'elle a été décrétée par l'ONU à l'unanimité des pays membres. Mieux, ni la Russie ni la Chine n'ont exercé leur droit de veto.

Une journée alibi ?

La résolution de l'assemblée générale de l’ONU est explicite, elle invite chaque état-membre à célébrer cette Journée comme il se doit, notamment dans le cadre d'initiatives éducatives et d'activités de sensibilisation.

Pour faire bonne mesure l'auguste assemblée associe à cette démarche les différents organismes des Nations Unies, toutes les organisations internationales et régionales ainsi que la société civile.

Un objectif fondamental de l'être humain

On aurait pu aussi parler de journée gadget... mais c'est loin d'être le cas et la déclaration du Secrétaire Général des Nations Unies est explicite:

Le monde a besoin d'un nouveau paradigme économique qui reconnaît la parité entre les trois piliers du développement durable. Les bien-être social, économique et environnemental sont indissociables. Ensemble, ils définissent le bonheur brut mondial.

La journée mondiale du bonheur est bien dans l'air du temps et de la recherche d'un "mieux vivre". Les économistes cherchent aujourd'hui à élaborer de nouveaux outils de mesures pour mieux prendre en compte l’importance du bonheur pour le développement afin d’orienter les politiques nationales.

On en arrive ainsi au véritable but de cette journée : la prise de conscience par les gouvernements que la seule croissance économique ne suffit plus à assurer le "bonheur" d'un pays et qu'un développement plus équitable, équilibré et durable permettrait de mieux éliminer la pauvreté et assurer le bien-être de tous les peuples.

Contributions

Christine Barois contribution publiée le 20 mars 2015 à 07:26

Qu’est ce qui détermine le bonheur ?

A 50%, il y a un capital de départ, c’est l’héritage génétique de la disposition au bonheur, environ 10% concernent les circonstances extérieures et 40% d’investissement personnel. Voilà la bonne nouvelle, nous avons la possibilité de cultiver nos capacités à ressentir le bien-être.
Nous le savons bien, et les études scientifiques confortent l’idée que l’argent ne fait le bonheur que jusqu’à un certain seuil, celui du confort de base mais qu’au delà, le confort matériel ne rend pas plus heureux.
Les arguments objectifs suggèrent fortement que les liens sociaux sont importants pour le bonheur. Dans l ‘évolution, au sens darwinien, la sélection naturelle s’est faite vers un style d’attachement. La théorie de l’attachement nous éclaire sur la nécessité de construire un attachement sécure pendant l’enfance. Même si cette période s’est avérée critique, nous pouvons la reconstruire et dépasser ses effets négatifs, à l’âge adulte. Cet attachement commence le contact avec notre progéniture, nos proches, par le toucher, le maternage, les câlins qui stimulent notre nerf vague et nous fait sécréter l’ocytocine, l’hormone de l’amour.

Qu’est-ce qui rend plus heureux ?

Un objectif de la psychologie positive est de comprendre les relations entre bonheur, relation humaines et qualité « pro-sociales » comme la compassion, l’altruisme et la gratitude. Nous allons mieux si nous faisons du bien à autrui. Loving kindness se traduit par bonté en français. C’est ce qui nous rend le plus heureux. Il est possible de s’entrainer par exemple à apprendre à dire merci, cultiver l’optimisme, en relevant ce qui va bien plutôt que ce qui va mal, renforcer les liens sociaux comme cultiver la générosité, apprendre à pardonner, faire un compliment.
Comment se protéger des émotions négatives ?
Gérer le stress, l’anxiété, la dépression, les traumatismes, gouter les plaisirs de la vie dans l’instant présent sont les objectifs de la méditation de pleine conscience. Les programmes de MBCT apprennent en 8 semaines comment accéder à l’instant présent, en sortant de la rumination et à ne pas rechuter vers la dépression et ne pas céder au tyrans internes, que nous cultivons intimement comme celui de la perfection, du syndrome de l’imposteur, du devoir de bonheur, de la tyrannie du temps.

Pourquoi est-ce important ?

Le coût du stress et de la dépression est colossal pour les entreprises. Les études sérieuses montrent l’intérêt du bonheur y compris dans le monde du travail. L’empathie, la compassion et l’écoute sont des qualités à mettre en œuvre aussi dans le monde du travail. Nous avons tous à y gagner.

Nous ne vivons pas dans le monde de Oui-oui, le bonheur hédonique nous donne un plaisir fugace. Si nous aimons bien manger du chocolat, nous ne pouvons pas en manger en continu. Le mythe du bonheur perpétuel à la vie dure, hélas, il n’existe pas. En revanche, l’idée d’un succès futur donne du sens à notre action et à notre vie. L’effort n’est pas forcément la souffrance. Si nous nous entrainons à une compétition sportive, l’effort nous conduit vers la victoire et le bonheur. Apprenons à cultiver notre bonheur et ses trois composantes : le sens, le plaisir et l’investissement personnel.

Bleusrize contribution publiée le 20 mars 2014 à 09:22

Pourquoi les autres jours ne seraient-ils pas aussi des journées du bonheur? et des journées de la femme? et des journées de la courtoisie au volant? et des journées des câlins?

Clocircee contribution publiée le 17 mars 2013 à 15:14

le bonheur c'est être vivant
vivante je veux dire présent
présente je veux dire vibrant
vibrante je veux dire essentiel
essentielle je veux dire fondamentalement
fondamentalement je veux dire racines d'émotions
mes racines d'émotions qui vibrent tout simplement,
comme un orgasme
alors finalement le bonheur c'est moi
le tout est de l'accepter
il suffit de décider d'être à la bonne place.

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.


Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.