Rechercher une journée

Sainte Véronique

Journée Mondiale contre le cancer

4 contributions
Journée Mondiale contre le cancer

Le cancer constitue encore aujourd'hui la première cause de mortalité dans le monde, bien avant les guerres et autres catastrophes naturelles. Il fait beaucoup moins parler de lui, mais il tue. Pourtant, il se soigne et l'intérêt de cette journée est aussi de faire prendre conscience de l'utilité d'un dépistage précoce permettant d'arriver à une guérison.

L'OMS estime que le cancer aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015 si aucune mesure n’est prise. C'est pour cette raison que des moyens importants sont mis en oeuvre dans le but de faire reculer le poids de cette maladie partout dans le monde.

Une initiative intéressante a été prise par l'ARC récemment, à savoir la création d'un site internet entièrement dédié au cancer et permettant aux internautes de trouver des réponses à leur questions : www.arc-cancer.net

Les différentes régions du globe ne sont pas à égalité devant le cancer et si l'hémisphère nord bénéficie de moyens importants dans la détection et le tratiement des cancers, les pays du sud, comme à l'accoutimé ne bénéficient pas de telles attentions. Un dossier très documenté est disponible dans le site Notre Planète Info (lien ci-dessous).

Contributions

Cacademia contribution publiée le 04 février 2015 à 12:28

"Pourtant, il se soigne" !!!

Il ne s'agit pas seulement de soigner, mais aussi de prévenir (le dépistage ne faisant pas partie de la "prévention" mais de la "détection"). Les pouvoirs publics pourraient commanditer des études longitudinales pour évaluer l'impact de nombreuses substances employées actuellement dans différentes industries (agrico-alimentaire, chimie...) et durcir la réglementation dans de nombreux domaines (étiquetage alimentaire notamment).

Colombe contribution publiée le 04 février 2015 à 09:11

Les avancées des traitements contre les cancers sont formidables, les dépistages précoces s'inscrivent dans une lutte contre le cancer, malheureusement ils ne sont pas très bien médiatisés. D'après le Professeur David Caillat, le nombre de mort n'augmente plus depuis plus de 10ans, mais le nombre de cancers va considérablement gonfler.

On parle de la place du malade comme étant co-acteur de sa guérison, à condition qu'il y ait une véritable information sur son cancer par les soignants, car il s'avère être un vrai combattant contre sa maladie, véritable clé de la guérison.

Par contre, je suis étonnée que personne ne parle de la médecine traditionnelle chinoise qui grâce à l'acupuncture, à sa pharmacopée, au Qi Gong... intervient depuis des années sur le terrain immunitaire du malade, intervient sur les effets secondaires des traitements de la médecine alopathique, potentialise ces traitements et pour bien des cancers évite les métastases. Ce ne sont pas seulement des soins palliatifs.

Portail cancer-environnement.fr contribution publiée le 03 février 2012 à 10:11

Découvrez le portail d'information de référence sur les liens entre cancer et environnement. Professionnels de santé, patients, proches et toutes personnes intéressées peuvent y trouver des réponses à leurs questions. Ce portail est développé par le Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard (Lyon et Rhône-Alpes) au sein de son Unité Cancer Environnement.
Il est également possible de s'inscrire à une lettre d'information trimestrielle pour être informé des dernières nouveautés et mises à jour du site internet.

Un site à visiter : www.cancer-environnement.fr

Michel PONSET contribution publiée le 02 février 2012 à 21:51

Bonjour, Le cancer, ce terrible fléau des temps moderne va progresser dans les années qui viennent, tout le monde le dit et cependant, les décès diminuent, tant pour le cancer du sein que pour le cancer du colon. Tout ça grâce à la prévention, à l'information qui est faite autours de ces pathologies. Mais qu'en est-il des cancers plus rares, ceux dont on ne parle jamais? Il ne nous reste plus qu'à mourir en paix parce que nous n'étions pas prévenus, pas informé, alors on n'a pas fait attention, on a tiré le mauvais numéro sans le savoir. Je suis atteint d'un sarcome des tissus mous le la face interne de la cuisse décelé assez tardivement. Je n'avais jamais été malade de toute ma vie et je me croyais à l’abri de tout. Je me sentais quasiment invincible et la petite boule que je sentais dans ma cuisse était, du moins je le pensais, un kyste sans importance. Aujourd'hui, ce kyste est un sarcome que la médecine n'arrive pas à combattre et je ne devrais plus vivre très longtemps car j'ai des nodules disséminés en nombre. Il est bientôt l'heure de faire la révérence et de quitter la scène sur la pointe des pieds. Alors je m'insurge et je crie haut et fort qu'il faut que les gens sachent aussi cela : passé 50 ans, il n'y a pas de kyste anodin !!!

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.


Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.