Rechercher une journée

Pourquoi les tronçonneuse ont été inventé ? La vraie raison pourrait vous surprendre...

Publié le 28/02/2024

Des débuts sanglants en chirurgie

Qui l'eût cru ? La première utilisation de la tronçonneuse n'a rien à voir avec l'abattage des arbres ! Au début du 19ème siècle, ce sont les chirurgiens qui ont commencé à s'intéresser à cette invention.

Les amputations facilitées

Imaginez la scène : un patient hurlant alors que le chirurgien approche la lame dentée de son membre...plutôt terrifiant ! Ces premières tronçonneuses à vapeur devaient faciliter les amputations, qui à l'époque se faisaient uniquement à la scie. Un travail long et éprouvant même pour des chirurgiens aguerris. 

Malheureusement, ces prototypes manquaient singulièrement d'efficacité. Le patient avait le temps de perdre beaucoup de sang ou de s'évanouir avant que le chirurgien ne vienne à bout de l'opération. Ce n'est qu'en 1863 qu'un modèle plus performant voit le jour, actionné par un moteur à air comprimé. Mais son adoption reste limitée, nombre de chirurgiens lui préférant le bon vieux scalpel.

Naissance de la tronçonneuse moderne

Il faudra attendre 1929 pour voir émerger la tronçonneuse portable qui révolutionnera le travail du bois. L'inventeur, Andreas Stihl, est un ingénieur allemand passionné de mécanique. C'est en voyant les bûcherons au travail qu'il a l'idée de concevoir un engin motorisé pour faciliter leur dur labeur.

L'inventeur de génie

Le déclic vient en observant le fonctionnement des moteurs à explosion. Stihl a l'intuition qu'une telle motorisation pourrait être adaptée pour entraîner une chaîne de sciage circulaire. Après des années de recherche, il parvient à mettre au point un prototype de tronçonneuse fonctionnant à l'essence. La puissance est enfin au rendez-vous !

Démonstration mouvementée

La légende raconte que lors d'une démonstration en forêt devant des investisseurs, Stihl demande à un robuste bucheron de tester son invention. À peine la tronçonneuse en marche, ce dernier abat un énorme chêne en quelques minutes sous les yeux ébahis de l'assistance ! La puissance de la machine impressionne tellement un des investisseurs qu'il « n'a pas vu l'arbre abattu lui tomber dessus ! » Plus de peur que de mal heureusement pour lui. Cet épisode inaugural confirme que la tronçonneuse va révolutionner le métier.

Adoption par les bûcherons

Séduits par cette machine facilitant considérablement leur dur labeur, les bûcherons allemands sont les premiers à se ruer sur ce nouvel outil dans les années 1930. La tronçonneuse connaît aussi un grand succès auprès des sapeurs-pompiers qui peuvent désormais dégager rapidement des routes bloquées par des arbres tombés.

  • Certains bûcherons organisent même des « compétitions de rapidité de coupe », faisant vibrer d'excitation les villages de bûcherons. Les plus rapides gagnent le droit de s'enorgueillir d'être le « roi de la gâchette ».
  • Parmi les utilisateurs enthousiastes, on trouve même quelques femmes intrépides qui n'hésitent pas à dompter la puissance de la tronçonneuse. Rosie la Bûcheronne entre dans la légende locale !

Utilisation militaire de la tronçonneuse lors de la WWII

Avec la Seconde Guerre mondiale, la production de tronçonneuses est même détournée à des fins militaires.

Du côté des Alliés

Devant la pénurie d'essence, un modèle électrique est mis au point. Des soldats spécialement formés s'en servent pour « dégager rapidement des routes bloquées afin de laisser passer chars et convois militaires. Ils construisent aussi des postes d'observation dans les forêts ». La tronçonneuse permet de venir rapidement à bout des arbres les plus coriaces.

Dans le camp d'en face

De leur côté, certains soldats allemands n'hésitent pas à utiliser des tronçonneuses pour creuser des tranchées ou installer des nids de mitrailleuses dissimulés dans des bosquets. Là aussi la rapidité d'action et la puissance redoutable de la machine font merveille.

Démocratisation des tronçonneuses dans les années 50

C'est après la Seconde Guerre Mondiale que la tronçonneuse se démocratise véritablement, notamment en Amérique du Nord. De puissants modèles essence à deux mains font fureur, avec des moteurs deux-temps toujours plus performants. Certains engins peuvent « abattre un séquoia de 2 mètres de diamètre en quelques minutes ! ».

Danger pour les débutants

Entre des mains inexpérimentées, de tels monstres mécaniques se révèlent dangereux. Photos et vidéos d'époque montrent des bûcherons en herbe se retrouver « déséquilibrés par le recul ou coincés sous un arbre mal coupé ». Heureusement, les constructeurs ont progressivement amélioré l'ergonomie et la sécurité des tronçonneuses.

Perfectionnement des modèles

Les années 60-70 voient se répandre de nouveaux modèles plus légers, moins bruyants et vibrants. L'arrivée des chaînes anti-rebond renforce aussi la sécurité. Dans les années 90, les progrès en matière de filtration des rejets polluants sont notables. Aujourd'hui la plupart des tronçonneuses essence ont été remplacées par des modèles électriques bien plus écologiques, même si moins performants.

Outil indispensable de nos jours

Robuste et efficace, la tronçonneuse reste très utilisée dans de nombreux corps de métier : bûcheronnage, élagueurs, sapeurs-pompiers, personnel d'entretien des espaces verts... Son moteur 2 temps au ronflement si caractéristique et sa chaîne de sciage effilée comme une lame de rasoir en font toujours un instrument redoutable. Même si elle garde une petite réputation intimidante pour les novices !

Nul doute que la tronçonneuse a encore de beaux jours devant elle, et qu'elle continuera pendant longtemps à repousser les limites de la productivité dans le travail du bois.

Les journées mondiales dans les médias