Rechercher une journée

Salaires Ligue 1 : Kurzawa le plus gros braquage du foot français avec 6 Millions par an

Publié le 22/03/2024

Dans le théâtre du football français, la publication récente par L'Équipe des salaires des acteurs de la Ligue 1 a jeté un projecteur sur les incohérences financières frappantes du sport. L'écart colossal entre les salaires versés et les contributions sur le terrain, en particulier pour quelques individus, soulève des questions et alimente les débats parmi les passionnés du ballon rond.

Le cas Layvin Kurzawa

Layvin Kurzawa, le latéral gauche du Paris Saint-Germain, émarge à 500 000 € par mois, une somme stupéfiante compte tenu de son temps de jeu quasiment inexistant cette saison. Avec seulement huit minutes passées sur le terrain, le salaire de Kurzawa détonne, surtout lorsqu'il est juxtaposé aux contributions d'autres joueurs de la Ligue 1. Cette situation a suscité une vague d'indignation et de moquerie sur les réseaux sociaux, où les supporters expriment leur perplexité et leur frustration face à une telle anomalie salariale.

Le cas Joaquin Correa

Un autre cas éloquent est celui de Joaquin Correa de l'Olympique de Marseille, percevant un salaire mensuel de 450 000 €. Contrairement à ses émoluments, ses performances sur le terrain laissent à désirer, n'ayant ni marqué ni assisté depuis le début de la saison. Cette discordance entre rémunération et rendement alimente les critiques des supporters marseillais, qui s'interrogent sur la stratégie financière de leur club. L'impact de tels salaires sur les finances du club est non négligeable, éveillant des inquiétudes quant à la viabilité économique à long terme.

Top 30 des salaires de Ligue 1

  1. Kylian Mbappé (PSG) : 6.000.000 € bruts mensuels
  2. Ousmane Dembélé (PSG) : 1.120.000 €
  3. Marquinhos (PSG) : 1.120.000 €
  4. Lucas Hernandez (PSG) : 1.110.000 €
  5. Milan Skriniar (PSG) : 1.110.000 €
  6. Gianluigi Donnarumma (PSG) : 849.500 €
  7. Marco Asensio (PSG) : 831.000 €
  8. Randal Kolo Muani (PSG) : 750.000 €
  9. Achraf Hakimi (PSG) : 738.600 €
  10. Nordi Mukiele (PSG) : 700.000 €
  11. Pierre-Emerick Aubameyang (OM) : 650.000 €
  12. Wissam Ben Yedder (Monaco) : 650.000 €
  13. Presnel Kimpembe (PSG) : 640.000 €
  14. Keylor Navas (PSG) : 572.600 €
  15. Bradley Barcola (PSG) : 550.000 €
  16. Layvin Kurzawa (PSG) : 500.000 €
  17. Alexandre Lacazette (OL) : 500.000 €
  18. Nemanja Matic (OL) : 500.000 €
  19. Geoffrey Kondogbia (OM) : 450.000 €
  20. Jordan Veretout (OM) : 450.000 €
  21. Joaquin Correa (OM) : 450.000 €
  22. Gonçalo Ramos (PSG) : 443.500 €
  23. Fabian Ruiz (PSG) : 434.200 €
  24. Manuel Ugarte (PSG) : 412.100 €
  25. Carlos Soler (PSG) : 400.000 €
  26. Corentin Tolisso (OL) : 400.000 €
  27. Dejan Lovren (OL) : 400.000 €
  28. Ismaila Sarr (OM) : 390.000 €
  29. Said Benrahma (OL) : 350.000 €
  30. Anthony Lopes (OL) : 350.000 € 

     

L'écosystème économique du football français

L'énormité des salaires dans la Ligue 1, notamment ceux du PSG, exerce une pression considérable sur la compétitivité et l'équilibre financier des clubs. Cette situation souligne les écarts économiques entre les équipes et pose la question de la pérennité financière dans un contexte de dépenses exorbitantes. Le modèle économique actuel, centré sur des investissements massifs pour quelques stars, nécessite une introspection pour assurer une répartition plus équitable et une compétition plus saine.

Le débat plus large

En élargissant le regard au-delà des frontières françaises, la Ligue 1 n'est pas un cas isolé. Les salaires astronomiques sont une réalité dans plusieurs ligues européennes, mais la manière dont ils sont structurés et leur impact sur les résultats sportifs varient. Les agents, les droits télévisés et les propriétaires de clubs jouent tous un rôle crucial dans cette inflation salariale. Cette dynamique appelle à un débat sur la justice de ces rémunérations et les réformes nécessaires pour aligner les intérêts financiers avec les valeurs sportives.

Cet article a exploré les paradoxes salariaux de la Ligue 1, en mettant en lumière des cas emblématiques comme ceux de Layvin Kurzawa et Joaquin Correa, tout en contextualisant ces anomalies dans l'écosystème économique plus large du football. Les disparités mises en avant invitent à une réflexion critique sur l'éthique dans le football professionnel et appellent à un dialogue sur l'avenir financier du sport. À vous, chers lecteurs, de poursuivre ce débat et de partager vos perspectives sur les solutions envisageables pour un football plus équilibré et juste.

Les journées mondiales dans les médias