Rechercher une journée

Le poisson d'avril comme vous ne l'avez jamais vu : anecdotes, secrets et fous rires garantis !

Publié le 01/04/2024

Ah, le 1er avril ! Cette journée où l'on se réveille avec une irrépressible envie de coller des poissons en papier dans le dos de nos amis, collègues ou famille. Mais avez-vous déjà réfléchi aux racines de cette tradition un peu bizarre ? Remontons ensemble le courant de l'histoire pour découvrir les secrets bien gardés de cette fête du rire !

Quand les dieux de l'Olympe s'en mêlent

Saviez-vous que les Grecs de l'Antiquité avaient déjà le sens de l'humour ? Ils célébraient Momos, le dieu du rire, de la raillerie et des critiques, chaque 1er avril. Au programme : blagues en tout genre, canulars élaborés et franches rigolades. Les Romains ont ensuite pris le relais avec les Hilaria, des festivités en l'honneur de Cybèle, la déesse de la fertilité. Pendant ces réjouissances, même les roturiers pouvaient se payer la tête des nobles sans craindre les représailles. Une vraie bouffée d'air frais !

Le poisson, ce roi des farces

Mais quel est le rapport entre les poissons et les blagues, vous demandez-vous ? C'est une excellente question ! L'expression "poisson d'avril" apparaît pour la première fois au XVe siècle sous la plume du poète Pierre Michault. Il l'utilise pour désigner un jeune homme chargé de porter les billets doux de son maître à sa bien-aimée. Un peu comme un Cupidon des temps modernes, mais avec des nageoires !

Selon certains historiens, le poisson serait un symbole du Carême, cette période de 40 jours précédant Pâques durant laquelle les chrétiens devaient faire maigre. Le poisson était alors l'un des rares aliments autorisés par l'Église, contrairement à la viande. Se moquer du poisson, c'était donc une façon détournée et espiègle de taquiner les autorités religieuses.

Quand le calendrier s'en mêle

Une autre hypothèse veut que les farces du 1er avril soient liées à la réforme du calendrier au XVIe siècle. En 1564, le roi Charles IX décide de faire commencer l'année le 1er janvier au lieu du 1er avril. Mais les communications de l'époque étant ce qu'elles sont, beaucoup de Français continuent à s'offrir des étrennes en avril. Petit à petit, ces cadeaux se transforment en canulars et autres blagues de bon aloi.

Le poisson d'avril fait le tour du monde

Si en France on aime coller des poissons dans le dos, ailleurs, les traditions sont un peu différentes. Aux Pays-Bas, on jette des harengs sur les gens en criant "haringgek" (hareng fou). Au Portugal, c'est de la farine que l'on balance sur les passants. En Écosse, les farces durent deux jours : le second, les gens s'accrochent des queues dans le dos. Et en Irlande, on envoie un malheureux messager porter une lettre où il est écrit "envoyez cet idiot à quelqu'un d'autre". Le pauvre bougre se retrouve trimballé de destinataire en destinataire, tel un poisson hors de l'eau !

Des farces qui ont la cote

Au fil des siècles, le poisson d'avril est devenu un incontournable de la culture populaire. Médias, entreprises et même hommes politiques s'y mettent pour piéger leur public. Qui ne se souvient pas de la fameuse "spaghetti tree" de la BBC en 1957, un reportage sur la récolte des spaghettis poussant sur des arbres ? Ou encore du "Ver de terre géant du Congo" exposé au Muséum d'histoire naturelle de Nantes en 2022 ?

Aujourd'hui, avec les réseaux sociaux, les canulars prennent une ampleur sans précédent. Les internautes rivalisent de créativité pour inventer les farces les plus loufoques et les plus crédibles. Mais attention à ne pas tomber dans le panneau ! Comme le dit si bien l'adage : "À la pêche aux infos, méfiance est mère de sûreté."

En avril, ne te découvre pas d'un fil... de pêche !

Malgré ses origines mystérieuses et ses multiples interprétations, le poisson d'avril reste une tradition bien ancrée dans notre culture. Chaque année, c'est l'occasion de laisser libre cours à notre créativité, de rire et de nous amuser. Et avouons-le, on adore se faire avoir presque autant qu'on aime piéger les autres !

Alors, prêts à plonger tête première dans ce grand bain de rires et de malice ? N'oubliez pas votre plus beau sourire, votre sens de l'humour... et votre poisson en papier ! Et si jamais vous vous faites avoir, rappelez-vous : "Poisson d'avril ! Mais bon, j'avoue, je l'ai bien cherché." Joyeux 1er avril à tous les amateurs de bonne humeur !

Les journées mondiales dans les médias