Rechercher une journée

La journée de la procrastination ? C'était hier, on a oublié !

Publié le 26/03/2024

Hier, le 25 mars, c'était la journée mondiale de la procrastination. Une journée dédiée à l'art de remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même. Malheureusement, il semblerait que nous ayons été tellement doués pour procrastiner que nous avons complètement oublié de célébrer cette journée. Pas de panique, ce n'est pas grave, on pourra toujours le faire demain... ou après-demain... enfin, un jour, quoi !

La procrastination, c'est tout un art

Procrastiner, ce n'est pas seulement reporter une tâche à plus tard. Non, c'est bien plus que ça. C'est trouver mille et une excuses pour ne pas faire ce qu'on devrait faire. C'est se dire "je le ferai demain" tout en sachant pertinemment qu'on ne le fera pas. C'est repousser sans cesse les échéances jusqu'à la dernière minute. Bref, c'est un art qui demande de la pratique et de la créativité.

Tellement doués qu'on a oublié la journée

Il faut croire qu'on est tellement doués pour procrastiner qu'on a même réussi à oublier de célébrer la journée qui lui est dédiée. On avait pourtant prévu de faire une grande fête, avec des banderoles "Vive la procrastination !", des concours de celui qui reporte le plus de tâches, et même un défilé de procrastinateurs professionnels. Mais voilà, à force de repousser l'organisation, on a fini par complètement zapper la date. Bravo, on peut être fiers de nous !

Pas grave, on le fera demain... ou un autre jour

Mais bon, ce n'est pas si grave d'avoir raté la journée de la procrastination. Après tout, l'essentiel c'est de continuer à procrastiner tous les jours de l'année, pas seulement le 25 mars. Et puis, on pourra toujours rattraper ça demain... ou le week-end prochain... ou pendant les vacances d'été... enfin, quand on aura le temps, quoi. L'important, c'est de ne pas stresser et de prendre la vie comme elle vient. Car comme le dit si bien le proverbe : "Ne remets pas à demain ce que tu peux faire après-demain !"

Les procrastinateurs anonymes, témoignages

Suite à cette journée ratée, nous avons recueilli les témoignages de quelques procrastinateurs anonymes. Voici ce qu'ils ont à dire :

  • "J'avais prévu de célébrer la journée de la procrastination, mais j'ai remis ça à plus tard... et puis j'ai oublié." (Pierre, 35 ans)
  • "Moi, j'ai commencé à préparer quelque chose pour cette journée... mais je n'ai jamais terminé. Je finirai demain, promis !" (Sophie, 28 ans)
  • "J'ai failli participer à un concours du plus grand procrastinateur, mais je n'ai jamais envoyé ma candidature... J'ai remis ça au lendemain, et puis j'ai laissé tomber." (Marc, 42 ans)
  • "J'ai voulu organiser une conférence sur l'art de la procrastination, mais je n'ai jamais trouvé le temps de m'y mettre sérieusement. Peut-être l'année prochaine, qui sait ?" (Lucie, 31 ans)

Ces témoignages montrent bien que la procrastination est un art de vivre pour beaucoup d'entre nous. Alors, si vous aussi vous avez raté la journée mondiale de la procrastination, ne culpabilisez pas, vous êtes en bonne compagnie ! Et puis, comme dirait l'autre, mieux vaut tard que jamais... ou jamais que tard ? Enfin bref, vous avez compris l'idée.

Rendez-vous l'année prochaine... ou pas !

Allez, on se donne rendez-vous l'année prochaine pour célébrer comme il se doit la journée mondiale de la procrastination. Enfin, si on n'oublie pas d'ici là... et si on n'a pas trop la flemme le jour J. Mais bon, ne nous faisons pas trop d'illusions, connaissant nos talents de procrastinateurs, il y a de fortes chances qu'on rate également la prochaine édition. Mais c'est pas grave, l'essentiel c'est de continuer à remettre au lendemain, encore et toujours. Vive la procrastination !

Mieux vaut tard que jamais, vive la procrastination !

Alors oui, on a peut-être raté la journée officielle de la procrastination, mais ce n'est pas une raison pour arrêter de procrastiner pour autant. Continuons à remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même, à trouver des excuses créatives pour ne pas faire ce qu'on devrait faire, et à repousser nos échéances jusqu'au dernier moment. Car après tout, la vie est trop courte pour se stresser avec des deadlines et des obligations. Vive la procrastination, et rendez-vous l'année prochaine pour la journée mondiale... enfin, si on n'oublie pas d'ici là !

Les journées mondiales dans les médias