Rechercher une journée

Paris 2024 : Un parcours semé d'embûches à quatre mois des Jeux Olympiques

Publié le 26/03/2024

À l'approche des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, l'événement sportif le plus attendu de l'année suscite autant d'enthousiasme que d'inquiétudes. Entre les défis organisationnels, les polémiques sur l'accessibilité et le coût des billets, et les incertitudes sur la qualité de l'eau de la Seine, les organisateurs doivent redoubler d'efforts pour assurer le succès de cette édition historique.

Des ambitions revues à la baisse

Les retards dans les travaux du Grand Paris Express et l'abandon de la gratuité des transports en commun pour les spectateurs munis de billets ont contraint les organisateurs à revoir leurs ambitions initiales. La cérémonie d'ouverture, qui devait accueillir 600 000 spectateurs sur les quais de Seine, a dû être repensée pour des raisons de sécurité, limitant la jauge à 326 000 personnes. Certains grands projets de rénovation, comme celui de la tour Montparnasse, n'ont pas pu être achevés à temps.

La sécurité, un enjeu majeur

La préfecture de police a présenté un protocole strict pour sécuriser l'événement, incluant la présentation obligatoire d'un QR code pour accéder à certaines zones. Si ces mesures rappellent celles prises durant la pandémie de Covid-19, les autorités assurent qu'elles seront moins contraignantes et ne concerneront que des périmètres restreints. La reconnaissance faciale ne sera pas utilisée, mais des algorithmes pourront identifier des situations à risque.

L'accessibilité et le coût des billets en question

Le prix élevé des places, notamment pour la cérémonie d'ouverture et certaines épreuves d'athlétisme, a suscité de vives critiques. Malgré les efforts annoncés pour améliorer l'accessibilité des infrastructures aux personnes en situation de handicap, le chemin reste long. Seules 33 stations de métro sur 309 seront accessibles aux personnes à mobilité réduite pendant les Jeux.

Un budget sous pression

Initialement estimé à environ 6,8 milliards d'euros, le budget des Jeux devrait finalement atteindre 11,8 milliards d'euros, selon les projections. Si les organisateurs assurent que l'événement sera "dans les temps et les budgets", la Cour des comptes a pointé du doigt une sous-estimation évidente du budget initial. Néanmoins, Paris 2024 devrait rester moins onéreux que la plupart des éditions passées.

La qualité de l'eau de la Seine, un défi de taille

Les épreuves de natation en eau libre et de triathlon prévues dans la Seine sont un véritable tour de force, alors qu'il est interdit de s'y baigner depuis 1923. Malgré un plan à 1,4 milliard d'euros pour améliorer la qualité de l'eau, les normes sanitaires sont encore loin d'être atteintes. Lors d'épreuves tests en août 2023, des athlètes ont même pu plonger dans le fleuve malgré une pollution trop élevée. Les pics de pollution sont favorisés par les fortes pluies, mais aussi par la vétusté du réseau d'assainissement et les rejets industriels, agricoles et domestiques en amont de Paris.

Atos, un partenaire technologique sous pression

Malgré ses difficultés financières, Atos, l'un des piliers technologiques des Jeux, se veut rassurant quant à sa capacité à assurer ses missions clés, de la gestion des accréditations à la diffusion des résultats en passant par la cybersécurité. Le groupe informatique français s'appuie sur une équipe de 300 personnes dédiées, mobilisées 24h/24 pendant toute la durée des Jeux.

Des travailleurs sans-papiers sur les chantiers olympiques

Une centaine de travailleurs étrangers en situation irrégulière ont été employés sur les chantiers des JO, selon un décompte de la Solideo, l'établissement public supervisant les travaux. Si cette pratique est illégale, elle est courante dans le secteur du BTP, en raison notamment de la sous-traitance en cascade. Des ouvriers sans-papiers ont témoigné de leurs conditions de travail précaires : bas salaires, absence de contrat, d'équipements de protection et de congés. Certains ont porté plainte aux prud'hommes pour faire reconnaître leurs droits.

La spéculation immobilière s'invite aux Jeux

À un an de l'événement, les prix des locations de meublés touristiques s'envolent déjà sur les plateformes comme Airbnb. Cet effet d'aubaine pour les propriétaires pourrait avoir des conséquences durables sur le marché immobilier parisien, en amplifiant la réduction de l'offre de logements pour les habitants et en favorisant la hausse des prix et des loyers. La mairie de Paris multiplie les restrictions, mais le risque de voir la capitale se transformer en "ville-musée" pour touristes interroge.

Conclusion :

À quatre mois de la cérémonie d'ouverture, les organisateurs des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 font face à de nombreux défis pour tenir leurs promesses et offrir un événement mémorable. Entre les ajustements nécessaires, les inquiétudes persistantes et les polémiques, l'enjeu est de taille : réussir ces Jeux tant attendus, tout en gérant un héritage complexe pour la région parisienne et en garantissant l'adhésion du public. Les prochains mois seront décisifs pour concrétiser cette ambition olympique.

Les journées mondiales dans les médias