Rechercher une journée

"On doit se partager les hommes", les Femmes en manque, Grosse pénurie sur les campus américain !

Publié le 22/03/2024

Longtemps spectatrices passives, les jeunes Américaines n'ont désormais d'autre choix que de prendre les devants pour trouver l'âme sœur. Face à une pénurie criante d'hommes dans les campus universitaires, elles doivent revoir leurs stratégies de séduction.

La pénurie d'hommes sur les campus

Les dernières statistiques sont implacables : les femmes représentent environ 60% des inscrits dans l'enseignement supérieur américain. Un déséquilibre qui se creuse d'année en année, au point d'inquiéter les universités. Certaines n'hésitent plus à favoriser officieusement les candidats masculins pour rééquilibrer leurs promotions.

Rude prise de conscience

Cette raréfaction des partenaires potentiels s'avère une prise de conscience douloureuse pour les étudiantes. "On doit se partager les quelques mecs dispos, ils sont en rotation permanente" déplore Lexi, étudiante en sociologie. Un constat amer qui mine l'estime de soi et les rêves de vie de couple classique.

Repenser ses critères de séduction

Nombreuses sont celles qui, face à cette pénurie, doivent revoir leurs exigences à la baisse. Les fameux "couples à col mixte", où la femme est plus diplômée que son compagnon ouvrier, se banalisent. Un compromis encore difficile à accepter pour certaines.

Passer à l'offensive

Fortes d'une éducation récente à l'affirmation de soi, les jeunes femmes n'ont d'autre alternative que de prendre les devants. Fini le temps de la passive attente, elles n'hésitent plus à faire les premières avances, en vrai comme sur les applis de rencontres. Un changement de paradigme radical.

Vers plus d'égalité dans la séduction ?

Favorisant une approche plus directe, cette prise de pouvoir interroge. Marquera-t-elle les prémices d'une relation plus équilibrée entre les sexes, où femmes et hommes auraient un rôle similaire dans la séduction ? Ou n'est-ce qu'un expédient provisoire, en attendant de rééquilibrer les effectifs masculins ?

Une quête de parité qui en appelle d'autres ?

Au-delà de la seule conquête amoureuse, cette féminisation des campus et cette inversion des rôles traditionnels dans la séduction posent de nombreuses questions. N'annoncent-elles pas des changements plus profonds à venir dans d'autres sphères de la société ? Ce rééquilibrage en faveur des femmes dans l'enseignement supérieur se traduira-t-il à terme par une redéfinition des rapports de forces dans le monde professionnel ? Un vaste débat qui ne fait que commencer.

Cette inversion des rôles traditionnels de la séduction n'est que le début d'un bouleversement bien plus large. En prenant les devants face à la pénurie d'hommes, les étudiantes américaines défient les vieux schémas patriarcaux. Que cette quête de parité dans la conquête amoureuse annonce-t-elle pour l'avenir ? Un rééquilibrage des rapports de force au travail ? Une redéfinition des codes de la masculinité ?

Toujours est-il que cette prise de pouvoir féminine dans la sphère intime soulève de nombreuses questions. Si elle est aujourd'hui un expédient dicté par les circonstances démographiques, prendra-t-elle racine dans les mœurs ? Marquera-t-elle les prémices d'une relation plus équilibrée entre les sexes, où hommes et femmes auraient un rôle similaire dans la séduction ? Tant de réflexions que ce phénomène de société inspire, annonçant peut-être des changements sociétaux de plus grande ampleur.

Les journées mondiales dans les médias