Rechercher une journée

Saint Anicet

Journée Mondiale des luttes paysannes

1 contribution
Journée Mondiale des luttes paysannes

Le 17 avril 1996, dix-neuf paysans du Mouvement des travailleurs ruraux sans terre du Brésil (MST) étaient assassinés par des tueurs à la solde de grands propriétaires terriens. Ce massacre a eu lieu alors que Via campesina se réunissait au Mexique. En mémoire de cette tuerie, les membres de Via Campesina ont déclaré le 17 avril Journée mondiale des luttes paysannes. Partout dans le monde, les paysans – qui forment plus de la moitié de la population de la terre -sont touchés par le rouleau compresseur de la globalisation des échanges économiques et culturels. Les luttes paysannes concernent autant le droit à la terre que le droit à la transmission des semences. Dans plusieurs régions du monde, les luttes paysannes sont réprimées dans le sang et font des centaines de victimes annuellement. Plusieurs meurent sous les balles, mais autant se suicident, acculés à la faillite et à la misère par les propriétaires fonciers, les multinationales de l'agroalimentaire et des biotechnologies et des gouvernements complices.

Chaque année, le 17 avril est une occasion de sensibiliser la population aux luttes des paysannes d'ailleurs et d'ici.

Via Campesina est un mouvement international qui coordonne les luttes de plus de 70 organisations de paysannes, de travailleurs agricoles, de femmes rurales, de communautés indigènes provenant des cinq continents. Via Campesina est un mouvement indépendant de toute organisation politique, économique ou religieuse. Elle est composée par des organisations nationales ou régionales dont l'autonomie est respectée. L'organisation fut créée en 1993 en Belgique et elle a défini ses grandes orientations en 1996, au Mexique. Le secrétariat international est situé au Honduras. Via Campesina poursuit les objectifs suivants : accroître le pouvoir de négociation des paysans dans leur pays respectifs et améliorer leurs conditions de vie; favoriser la participation des femmes à l'organisation politique, sociale et économique; défendre la souveraineté alimentaire et la propriété collective des semences; élaborer des solutions sur les enjeux des réformes agraires, des biotechnologies, du commerce international et de la protection de l'environnement. www.viacampesina.org

L'exemple Québecois

Au Québec, le syndicat agricole Union paysanne cherche depuis 2001 à faire renverser le monopole syndical que détient l'Union des producteurs agricoles (UPA). Le Québec est le seul pays industrialisé où la loi impose un monopole dans la représentation des agriculteurs. L'Union paysanne fait la promotion d'un modèle agricole fondé trois grands principes :

  1. Une agriculture paysanne à échelle humaine, aux cultures diversifiées, qui respecte l'environnement et qui produit des aliments de qualité.
  2. L'occupation des campagnes par les paysannes, les citoyennes et les entreprises de transformation alimentaire. La solution du repeuplement des campagnes passe par le retour des emplois agricoles et de la petite transformation alimentaire, dans une logique de terroirs et de qualité alimentaire.
  3. L'inclusion des agriculteurs et des consommatrices dans un syndicat "citoyen" qui considère le modèle agricole comme un choix de société. L'Union paysanne est membre de Via Campesina.

Contributions

Nicolas Humbert contribution publiée le 17 avril 2012 à 04:47

Spéculation sur les produits alimentaires : un crime contre l’humanité ?

Un site à visiter : www.journalmobiles.com

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.


Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.