Rechercher une journée

Sainte Angèle

Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité

3 contributions
Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité

"La France a retenu la date du 27 janvier, anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, pour cette journée de la mémoire.
[...] Cette journée de la mémoire devra faire prendre conscience que le mal absolu existe et que le relativisme n’est pas compatible avec les valeurs de la République. En même temps, il faut montrer que l’horreur s’inscrit dans une histoire qu’il convient d’approcher avec méthode, sans dérive ni erreur. Ainsi appartient-il à notre institution de faire réfléchir les élèves à l’Europe du XXème siècle, avec ses guerres et ses tragédies, mais aussi à ses tentatives de synthèse autour des valeurs des droits de l’homme et à sa marche vers l’unité. Il est nécessaire de montrer aux jeunes que ces valeurs ne sont pas de simples mots. Leur respect dans tous les pays du monde est fondamental et nécessite de la part de chacun d’être attentif à ce qui menace ces valeurs et actif pour les défendre."
B.O. n°46 du 11 décembre 2003 : www.education.gouv.fr

Nous avons recueilli pour vous quelques extraits de textes qui nous ont paru particulièrement "éclairants" sur le sujet

"Le bourreau tue toujours deux fois, la seconde fois par l'oubli" (Elie Wiesel)

"(...) Nous célébrons la "Journée de la mémoire de l'holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité". Une mémoire qui repose sur les témoignages des acteurs et sur les travaux des historiens. Une mémoire d'autant plus vive, paradoxalement, que les survivants disparaissent, ayant à cœur, s'ils ne l'ont déjà fait, de transmettre aux générations nouvelles ce que, bien souvent, si longtemps, ils ont eu tant de peine à exprimer : "Il est dur pour la langue de prononcer de tels mots, pour l'esprit d'en comprendre le sens, de les écrire sur le papier" (Abraham Lewin). Une mémoire d'autant plus précise que les historiens -et notamment les alsaciens- accèdent à de nouvelles archives, affinent nos connaissances -par exemple sur le camp du Struthof- et s'efforcent d'expliquer ce qui semble parfois échapper à la raison.

Prévention des crimes contre l'humanité en même temps que mémoire de la Shoah, cette journée a également pour but d'intégrer à ce travail de mémoire toutes les victimes des crimes contre l'humanité. Et d'abord, pour en revenir aux victimes de la terreur nazie, outre les communautés juives d'Europe, qui en forment la majeure partie, les populations tziganes ou encore les malades mentaux.

Ce devoir de mémoire, et de prévention est plus actuel que jamais. Aujourd'hui comme hier, aujourd'hui comme demain, aucune forme de racisme et d'antisémitisme quelle qu'elle soit ne saurait être tolérée. Et pourtant des faits récents perpétrés contre la communauté juive de Strasbourg nous rappellent qu'il faut rester vigilants.

Une vigilance qui souligne que l'enjeu de la commémoration de la libération du camp d'Auschwitz, camp de concentration et "centre de mise à mort" (Raul Hilberg), ne concerne pas que les bourreaux et leurs victimes juives. Elle est le lieu de mémoire commun d'une mémoire européenne qui ne cesse de se constituer et l'horizon d'une humanité fondée sur la justice, la paix et la tolérance.

Contributions

Myriam contribution publiée le 26 janvier 2014 à 16:24

"Ces secondes passées, restent devant mes yeux, ces maudits chiffres. Ils me narguent et m’interpellent à la fois. C’est devenu une obsession, je ne vois plus que ça. Comment cet homme vit-il avec le sceau de l’inhumanité gravé sur le bras. Y a t-il un jour, une minute, une seconde où cette douleur ne s’est pas rappelée à lui? Quand je repense à cette scène, parfois j’étouffe. La colère qu’il soit passé par là m’empêche de respirer. Les nazis ont voulu lui ôter son nom avec ces maudits chiffres. Et moi, je n’ai pas osé le lui demander."

Un site à visiter : lesmemoiresjuives.wordpress.com

Noelbernard contribution publiée le 20 janvier 2013 à 09:20

A cette occasion, le poème qui suit la contrainte de la Belle absente sur le nom d’Anne Frank

Pauvre absente

à Dora

En ce bouge temps fuit déchiré que je livre
jours viciés camp hardi qui bluffe gestapo
fabrique où m'a juchée astre perdu glas givre
chavirant sous joug dru brusquant mon fol propos

Authentique oeuvre embarde un long jour pour ces vuivres
ho viens cage liquide où m’abat juif dépôt
m’écorche pied jusqu’ongle enfiévrée titube ivre
chair à vif jambe glauque altérée de repos
quand plonge femme juste ombre achève de vivre

Un site à visiter : www.talipo.fr

Mayflower971 contribution publiée le 18 janvier 2013 à 04:01

Outre les communautés juive d'Europe, les tziganes et les malades mentaux, il y a eu... les noirs ! Ils furent même les premiers à avoir "expérimenté" les camps nazis. Les noirs ont été la première cible de la discrimination nazie et on peut visiter, à Washington, un musée de l'Holocauste qui consacre une salle sur la condition des Noirs sous le IIIème Reich.

Plusieurs sites internet pour compléter son information sur le sujet, comme par exemple le Guide Anne Franck ou les textes de Serge Bilé, sur la condition des noirs avant la seconde guerre mondiale.

Un site à visiter : www.ushmm.org

Apporter une contribution

Une information relative à cette journée nous aurait échappé ? N'hésitez pas à nous en faire part, et -après validation- elle sera affichée ci-contre pour compléter l'article. Vous pouvez signer votre contribution, c'est le contenu du champ "pseudo" qui s'affichera.

Merci de ne pas nous envoyer de contribution pour assurer la promotion d'un événement local, d'un produit ou d'un service, elle serait systématiquement refusée. Merci d'éviter aussi les témoignages personnels, leur "vraie" place est certainement dans notre mur Facebook.

Les champs comportant une * sont obligatoires. Vos données personnelles (nom, prénom, e-mail) ne sont jamais publiées dans le site et n'ont d'autre but que d'entrer en contact avec vous si le contenu de votre contribution le nécessite.